Travaux de construction sur l’île : goree se refait une beaute, goree se refait une sante

Gotée
Gorée

Il y a Gorée, qui se refait une beauté, et il y a Gorée, qui se refait une santé. Entre les travaux de la Place de l’Europe, partagés entre esthétique et écologique, la mairie de Gorée et le ministère de la Culture et de la Communication, représenté par son Secrétaire général, Birane Niang, ont annoncé quelques projets : un Bureau du Patrimoine, un Centre de documentation sur la mémoire de la traite, sans parler du Jardin Drancy… Visite guidée…

Gorée est en chantier…Pas totalement, pas partout, mais faites-y donc un tour pour voir un peu ce qui s’y prépare…C’est en tout cas ce que nous avons fait hier, jeudi 6 avril…

Pour commencer, la Place de l’Europe et ses «5000m2», ou l’espace juste à côté du Musée historique, où nous trouvons quelques messieurs à l’ouvrage. Le directeur du Patrimoine, Abdoul Aziz Guissé, qui accepte de jouer les guides, explique qu’il y a concrètement deux projets à cet endroit. Le premier, pour «l’aménagement» de la Place de l’Europe elle-même, dont s’occupe la mairie de Gorée, et avec le soutien de l’Union Européenne (Ue). Le second, qui touche à la «protection du littoral», avec un coup de main du Fonds-en-dépôt japonais de l’Unesco, qui finance une partie du projet. On insiste sur les «deux brèches» en danger, mais pour le directeur du Patrimoine, c’est «l’ensemble de l’île» qui est menacé, à cause de la «houle» et de l’érosion : «la mosquée de Gorée, la Maison d’éducation Mariama Bâ, la Maison des esclaves, et même derrière la mairie».

Et si les choses se passent bien, autrement dit «si le travail sur les deux brèches est réussi, techniquement, architecturalement», on l’appliquera ensuite à l’ensemble de l’île. «On démarre, dit la Responsable Culture du Bureau de l’Unesco à Dakar, Guiomar Alonso Cano, pour ensuite créer un modèle d’intervention, avec des techniques utilisables dans les autres parties de l’île».

Suite à un «appel d’offres», selon les explications de Abdoul Aziz Guissé, les travaux ont été confiés à l’entreprise Eiffage, qui devrait livrer les travaux à «la fin du mois de mai».
Jusqu’ici, rappelle à ce sujet Annie Jouga, qui est l’adjointe au maire de Gorée, la Place de l’Europe a plus ou moins été livrée à elle-même, mais disons que «l’actuel Délégué à l’Union Européenne (Ue) en a fait son affaire. On a un financement de plus de 100 millions de francs CFA, rien que pour cette Place de l’Europe, à côté du Musée historique».

Aménagée, la Place d’Europe devrait justement servir de «produit d’appel pour le Musée historique», auquel la Maison des esclaves ferait de «l’ombrage». Toujours sur cette Place, Annie Jouga annonce plusieurs «espaces verts», un boulodrome, et une buvette, histoire de «créer de l’emploi».

Ce ne sont pas les seuls chantiers de l’île. Me Augustin Senghor annonce que la route qui mène à la Maison d’éducation Mariama Bâ va être dallée. Une route «en pente» et impraticable lorsqu’il pleut, à tel point que «l’eau qui vient du Castel» finit par se retrouver à cet endroit.

Source: sud Quotidien