Aller à…

Gorée sur le web

RSS Feed

« La problématique de l’érosion marine concerne à un point très élevé Gorée », (maire)


L’érosion marine menace la Maison d’Education Mariama BA, la Mosquée et les édifices construits par le colon français. Le maire tire la sonnette d’alarme en vue de l’élaboration du plan de sauvegarde de l’île.

« Ces dernières années vous avez pu voir que Gorée avait été très affectée par l’érosion marine. Nous avons failli perdre notre Mosquée. Quand on va vers le Musée historique, tout un pan de murs de protection était tombé. Nous avons ce que nous appelons la batterie de l’Ouest, une fortification qui a été construite par les colons justement pour empêcher que l’île connaisse le sort de l’île des Madeleines c’est-à-dire que par la force de la mer, qu’elle soit coupée en deux (2). D’ailleurs, si vous allez au balcon, vous verrez cette batterie qui est en train de tomber et qu’il faudra reconstruire. Et, surtout, il y a d’autres infrastructures comme la Maison d’Education Mariama BA qui sont en péril. Aujourd’hui, la problématique de l’érosion marine concerne à un point très élevé Gorée », alerte Me Augustin Senghor.
Le maire de l’île de Gorée s’est ainsi prononcé à la deuxième conférence internationale des petites îles pionnières. Il faut relever que Gorée est la capitale mondiale des petites îles pour deux (2) jours. Après Marseille, les insulaires accueillent la rencontre annuelle.En conclave à Dakar, ces îles du monde se penchent sur les pratiques de gestion en matière de développement durable. Des discussions qui devraient débaucher sur des recommandations à même de permettre la sauvegarde des petits territoires insulaires.« Les îles qui sont rattachées au continent par des ponts, passerelles ou par des périphériques, ne peuvent pas adhérer au réseau SMILO. Et, le but recherché, c’est de mettre en place un processus qui va aboutir à une labellisation SMILO obtenue après avoir eu des agrégations à différents niveaux dans le domaine du développement durable et de la maîtrise des enjeux environnementaux », explique Me Augustin Senghor.

Plus d’histoires deActualité