La petite île à la grande histoire

Histoire

L’Île de Gorée ou Gorée est à la fois une île de l’océan Atlantique nord située dans la baie de Dakar (Sénégal) et l’une des 19 communes d’arrondissement de la capitale. C’est un lieu symbole de la mémoire de la traite négrière en Afrique, il est distingué à ce titre par l’UNESCO. Le navigateur portugais Dinis Dias atteint l’île de Gorée en 1444, qu’il baptise « Palma ». Les Hollandais s’emparent de Gorée en 1617 et la baptisent Goede Reede, « la bonne rade », étymon du nom actuel. Les Français s’implantent sur l’île en 1677, mais les Anglais leur disputent cette position jusqu’à la paix d’Amiens en 1802. La traite des esclaves perdure pendant trois siècles sur les côtes africaines (Gambie, Saint-Louis du Sénégal, Bénin, Ghana…).

Les centres concentrationnaires des esclaves africains en partance pour l’Amérique se situent surtout à Saint-Louis, point de convergence de la traite négrière arabo-musulmane et européenne. À Gorée, l’ancienne demeure de la signare Anna Colas Pépin (nièce d’Anne Pépin), connue dans le monde entier sous le nom de Maison des Esclaves, est un lieu plus symbolique qu’historique. En effet, le passage des esclaves par Gorée était très minoritaire entre 900 et 1500 personnes d’après l’historien américain Philip Curtin. Les propriétaires des villages négriers sur le continent où étaient stockés les captifs étaient les Rois Wolof du Cayor et les Rois Toucouleurs du haut fleuve Sénégal. L’on trouve auxArchives nationales de France, rue Soubise à Paris, ainsi qu’à la Bibliothèque Nationale François Mitterrand, les informations concernant ces rois négriers et la macabre comptabilité de ce commerce.

Les Rois du Cayor se heurtèrent néanmoins à une forte résistance des populations Lébous et Sérères de la petite côte du Sénégal décrits comme des peuples refusant de vendre des esclaves par le navigateur Alvise Cadamosto dès le début du xve siècle. En parallèle du commerce des esclaves contrôlé par l’administration des Rois de France et d’Angleterre, le commerce de la gomme, de l’arachide, des peaux, de l’or du Galam, des épices pauvres ainsi que la fourniture d’ouvriers qualifiés (charpentiers, maçons…) assurent la prospérité économique des signares de l’île de Gorée du xviiie au xixe siècle.

Les signares de Gorée, en particulier Anna Colas Pépin lanceront, le commerce de l’Arachide au Sénégal en 1841 à Rufisque ce qui provoquera le développement économique de ce village qui deviendra une ville. Avec la fondation de Dakar en 1857, à la demande des notables métis de l’île, signares en tête, Gorée perd progressivement de son importance. En 1872 l’administration coloniale française crée les deux communes de Saint-Louis et Gorée, les deux premières communes d’Afrique de l’ouest sur le modèle occidental, dotées exactement du même statut que les autres communes françaises (statut ultérieurement étendu à Dakar et Rufisque : les quatre communes). Dakar, sur le continent, fait partie de la commune de Gorée, dont l’administration se trouvait sur l’île. Cependant, dès 1887, Dakar est détachée de la commune de Gorée et devient une commune de plein exercice.

La commune de Gorée en est réduite à sa petite île. En 1891 la population de Gorée s’élève à 2 100 habitants alors que Dakar n’en compte que 8 737. Néanmoins en 1926 les Goréens ne sont plus que 700, alors que la population de Dakar atteint 33 679 personnes. C’est ainsi que la fusion de Gorée avec Dakar est décidée en 1929. La commune de Gorée disparaît et Gorée n’est plus désormais qu’une petite île sur la commune de Dakar. Le lieutenant Robert Gaffiot publie en 1933 un ouvrage dont le titre reflète bien ce déclassement : Gorée, capitale déchue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.