“Démarrage imminent” des travaux de fermeture des brèches de gorée (sg ministère culture)

A la une Actualité Environnement Gorée dans la presse

Le directeur du Patrimoine culturel, Abdou Aziz Guissé, a annoncé jeudi le “démarrage imminent” des travaux de fermeture des brèches du littoral de l’île de Gorée, située à 3 km au large de Dakar, un ouvrage devant, selon lui, être livré fin mai.

“Les ordres de service sont déjà établis. Actuellement, nous ne faisons qu’attendre l’arrivée de l’expert, à savoir Eiffage, qui a gagné le marché”, a dit M. Guissé.

“Il est clair que dans peu de temps, les travaux vont démarrer”, a-t-il assuré lors de la visite de chantiers, à Gorée, d’une délégation conduite par le secrétaire général du ministère de la Culture et de la Communication.

“Le ministère est résolument déterminé (…) à respecter ses engagements, dans le cadre de ce vaste chantier national de réhabilitation des patrimoines nationaux”, a soutenu M. Guissé, en présence du premier secrétaire de l’ambassade du Japon au Sénégal, Yuki Ikoma.

“Beaucoup de choses sont à refaire ici, mais cette portion du littoral constitue une priorité à ne pas négliger”, a souligné le secrétaire général du ministère de la Culture et de la Communication.

Avec la collaboration de la mairie de Dakar et la commune de Gorée, ce département ministériel a engagé depuis deux ans un plan d’action de réaménagement de bâtisses de l’île, avec le soutien de l’Unesco et de l’ambassade du Japon au Sénégal.

Les chantiers engagés concernent notamment la réhabilitation de la paroi du mur de protection de l’île, à l’extrême gauche de la Place de l’Europe, en face du musée historique de cette île abritant la Maison des esclaves, un vestige de la traite négrière.

“C’est un espace envahi à moitié par la mer. Il s’agit en fait de 14 mètres carrés, de 400 mètres linéaires”, sur “une hauteur de 3 mètres”, a expliqué Malick Kébé Thiaw, chargé du suivi des travaux à la Direction du patrimoine culturel.

Avec l’appui de ses partenaires, l’Unesco et l’ambassade du Japon notamment, le ministère de la Culture et de la Communication va réaliser ce projet avec 122 millions de francs CFA, soit 200.000 dollars US.

Le futur ouvrage est appelé à jouer “un rôle important” dans le cadre des projets de réhabilitation des patrimoines nationaux, selon le maire de Gorée, Augustin Sengor.

“L’Etat a beaucoup fait dans ce vaste programme de sauvegarde de l’île de Gorée. Mais en réalité, personne n’ignore aujourd’hui les menaces dont l’île fait face à cause de l’érosion. C’est pour cela que je tiens à remercier le chef de l’Etat, le ministre de la Culture”, a souligné M. Senghor.

Le chef du département de la Culture au Bureau régional de l’Unesco à Dakar, Guiomar Alonso, a de son côté réitéré “la ferme volonté” de l’institution onusienne d’accompagner le Sénégal dans ce programme de réhabilitation des patrimoines nationaux.

“Cette île est plus que symbolique pour toute l’humanité. Malheureusement, avec l’érosion, les menaces deviennent de plus en plus récurrentes. Ce sont des phénomènes naturels, mais il faut prendre les devants, pour éviter le pire”, a-t-elle dit.

Plusieurs autres endroits de l’île de Gorée sont en cours de réhabilitation, comme la Place de l’Europe, qui s’étend sur quelque 5.000 mètres carrés. Ses travaux sont financés avec 100 millions de francs CFA par l’Union européenne, selon l’adjointe au maire de Gorée, Annie Jouga.

L’hôtel municipal de Gorée, d’une capacité d’accueil de 10 “chambres fonctionnelles et hi-tech”, a été livré. Il est le fruit de la collaboration entre l’Agence de développement municipal, la mairie de Dakar et l’Agence d’exécution des travaux d’intérêt public contre le sous-emploi.

 

APS